Rechercher
  • Qwinz

Un numéro pour les hommes auteurs de violences conjugales, vraiment ?

Mis à jour : avr. 10

Alors même que les violences conjugales sont en hausse depuis le début du confinement, le gouvernement vient d’annoncer la mise en place d’un numéro pour les auteurs de violences. C’en serait presque ironique lorsque l’on sait que le 3919 est saturé et que les associations alertent depuis plusieurs mois sur le manque de moyens pour protéger les femmes victimes de ces violences.


En offrant pour seule réponse à la hausse des violences conjugales la mise en place d’un numéro pour les auteurs, le gouvernement crache allègrement à la figure de toutes les victimes. Donner à ces hommes violents une plateforme d’écoute alors même que la parole des victimes est sans cesse minimisée, remise en question, silencée et que les numéros d'urgence à destination des victimes sont débordés est d’un indécence innommable.


Alors oui, il y a également un travail à faire avec les auteurs. Mais non, ça ne devrait et ne doit pas être la priorité. Tant que les femmes victimes de violences continueront d’être infantilisées dans les commissariats, que leurs plaintes se verront refuser, requalifier ou classer sans suite, que la justice encouragera l’impunité des auteurs pour ensuite se demander naïvement « comment ce bon père de famille a pu passer à l’acte », le sort des hommes violents ne nous intéresse pas. Il y a clairement plus urgent que de soucier des auteurs : il faut accompagner, aider, soutenir et protéger leurs victimes.


Pendant que nous comptons nos mortes et que les féminicides sont chaque jours plus nombreux, vous nous confisquez la parole, encore. Dérouler le tapis rouge à nos bourreaux et écouter leur version des faits, c’est déjà excuser l’inexcusable. Comme si les violences faites aux femmes pouvaient être justifiées et que les auteurs agissaient contre leur volonté. Aux dernières nouvelles, ce sont eux qui décident d’insulter, de frapper, de violer, de tuer.


Je vous le dis et répète : les violences faites aux femmes ne sont pas un comportement déviant mais un ultra conformisme aux valeurs de la société dans laquelle nous vivons : violences minimisées, victimes ni écoutées ni protégées, bourreaux excusés. En nous offrant cette mascarade supplémentaire, le gouvernement ne semble toujours pas prêt à vouloir y remédier.



Myriam

Présidente de Qwinz

44 vues
 
  • Facebook
  • Instagram
  • LinkedIn

©2019 par Qwinz. Créé avec Wix.com